Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Cinéma

Abdellatif Ben Ammar

Réalisateur, 66 ans, Tunisie

Abdellatif Ben Ammar n’est pas un réalisateur prolifique. Un film tous les dix ans, c’est peu. Sauf pour un perfectionniste soucieux de soigner ses œuvres, de bâtir ses scénarios et d’en fignoler la réalisation. Après Noria, en 2002, Les Blessures des palmiers sont annoncées sur les écrans pour début 2010. Ce film traite d’un thème jusque-là négligé par les auteurs tunisiens, à savoir la guerre de Bizerte et l’héroïsme des résistants. Diplômé de l’Idhec, Ben Ammar a commencé sa carrière comme assistant réalisateur sur de grands classiques comme Justine (1968), de Joseph Strick, ou Le Messie (1974), de Roberto Rossellini. Puis il fut directeur de production de Jésus de Nazareth (1977), de Franco Zeffirelli. À son actif, quatre longs-métrages dont Sejnane (1974) et Aziza (1980), tanit d’or du Festival de Carthage (1980). 

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte