Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Sport

Danny Jordaan

© Alexander Joe/AFP

Président du comité local d’organisation du Mondial 2010, 58 ans, Afrique du Sud

Il pèse sur cet homme une responsabilité énorme. Si la Coupe du monde est un succès, le triomphe sera partagé par tous. Dans le cas contraire, Danny Jordaan est un homme mort, dans son pays et dans le monde du sport. À quelques mois de l’événement, Jordaan continue d’afficher une conviction à toute épreuve : le Mondial africain sera le plus fantastique de tous les temps.

Et tant pis si le Gautrain, le train rapide qui doit relier Johannesburg, Pretoria et l’aéroport ne sera pas prêt. Tant pis si la sécurité des visiteurs ne sera garantie qu’autour des stades et dans les chemins balisés… Danny Jordaan a confiance.

Il n’y a qu’un domaine qui ébranle cette confiance : les résultats des Bafana Bafana. Il espère seulement que l’équipe nationale, qualifiée d’office, ne fera pas honte à un pays qui sera en 2010 tout en haut de l’affiche. 

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte