Politique
Haïti, année zéro

Cet article est issu du dossier

Haïti, année zéro

Voir tout le sommaire
Politique

Edem Kodjo : « Haïti fait partie de nous-mêmes »

Par
Mis à jour le 21 janvier 2010 à 16:35

Ancien Premier ministre du Togo, ex-secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

« Haïti peut être considérée comme la sixième sous-région africaine. Il faut donc qu’il y ait davantage de solidarité. L’Afrique n’est pas riche, mais elle a les moyens de venir à son secours. Les Haïtiens doivent ressentir cette solidarité concrètement. Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, a annoncé une aide de 1 million de dollars. Chaque État africain peut et doit faire quelque chose. Certains pourraient même se montrer généreux : je pense aux États pétroliers, qui sont en mesure d’aider nos frères.

Lorsque j’étais secrétaire général de l’OUA, je connaissais la plupart des dirigeants haïtiens, qui, pour beaucoup, avaient servi dans nos pays respectifs comme assistants techniques des Nations unies. Cette proximité entre les hommes, les cultures et les aspirations fonde un contrat de solidarité. »