Politique

Abdelwahab Abdallah, 
« sous le signe de Carthage »

Remplacé par Kamel Morjane à la tête du ministère des Affaires étrangères après y avoir passé quatre ans et demi, Abdelwahab Abdallah, qui aura 70 ans le 14 février, a réintégré le cabinet présidentiel. Le 18 janvier, il a été nommé par Ben Ali ministre conseiller auprès du président de la République chargé des affaires politiques.

C’était son titre au palais de Carthage, avant qu’il ne le quitte pour prendre la tête de la diplomatie tunisienne. Le président aurait téléphoné dès le 14 à Abdallah pour l’informer qu’il ne figurerait pas dans la liste du nouveau gouvernement, mais qu’il retournerait au cabinet présidentiel. Ceux qui connaissent Abdallah disent de lui qu’il « est né sous le signe de Carthage ».

Architecte du paysage médiatique

N’a-t-il pas fait ses classes au palais présidentiel dans les années 1970, du temps de Habib Bourguiba, originaire de Monastir comme lui et dont il a été le ministre de l’Information durant les derniers mois de son règne ? Ben Ali le réintroduira au palais de Carthage en décembre 1990 en tant que ministre conseiller pour les affaires politiques.

Il y reste jusqu’en 2005. Pendant ces quinze ans, il aura été l’architecte du paysage médiatique (critiqué par certains), encore en place et qu’il retrouve aujourd’hui, sans toutefois le titre de porte-parole officiel de la présidence, repris en 2003 par Abdelaziz Ben Dhia, actuel ministre d’État conseiller spécial du président de la République.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte