Dossier

Cet article est issu du dossier «Y a-t-il une vie après le pouvoir ?»

Voir tout le sommaire
Archives

Mathieu Kérékou

Les apparitions du Béninois Mathieu Kérékou se font rares.

Les apparitions du Béninois Mathieu Kérékou se font rares. © Ricardo Stuckert

Bénin (1972-1990 et 1996-2006), 76 ans

« C’est un vieux père », confie un membre de la famille de celui que l’on surnomme au Bénin « le Caméléon ». Mathieu Kérékou a su s’adapter aux aléas de l’Histoire, il semble parfaitement à l’aise dans son nouveau costume de retraité. Il reçoit peu, accepte de bonne grâce les visites du président Boni Yayi, mais se refuse au moindre commentaire politique. Il faut dire que le mutisme est une seconde nature chez cet homme qui a toujours suscité respect et crainte. S’il refuse poliment mais fermement toutes les sollicitations médiatiques ou institutionnelles, il conserve son aura de chef suprême : celui qui peut donner un coup de main, téléphoner à un ancien homologue et ainsi faire la différence. La cour assidue que lui fait son successeur et les audiences demandées avec insistance par le président de la BOAD, Abdoulaye Bio-Tchané, entretiennent la légende de celui qui fait et qui défait. Depuis sa résidence de Cotonou, ou retiré à Natitingou (dans le nord-ouest du pays), Kérékou pèsera lors de l’élection présidentielle de 2011. Mais en silence.

Retrouvez le dossier complet : "Y a-t-il une vie après le pouvoir?"

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte