Dossier

Cet article est issu du dossier «Y a-t-il une vie après le pouvoir ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Didier Ratsiraka

Didier Ratsiraka chez lui, à Neuilly-sur-Seine, le 27 janvier 2010.

Didier Ratsiraka chez lui, à Neuilly-sur-Seine, le 27 janvier 2010. © Vincent Fournier pour J.A

Madagascar (1976-1993 et 1997-2002), 73 ans

À 73 ans, « l’Amiral rouge » semble bénéficier d’une seconde jeunesse. La dernière crise malgache, qui oppose son tombeur, Marc Ravalomanana, à l’actuel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, lui fait l’effet d’une cure de jouvence. Exilé en France depuis bientôt huit ans, Didier Ratsiraka est non seulement revenu sur le devant de la scène, mais a dominé les débats entre les différentes mouvances politiques malgaches. Toujours vif, pugnace, avec un indéniable sens de la formule et du bon mot, il ne semble pas prêt pour la retraite.

Dans son appartement de la Villa Madrid, une enclave privée de la très chic ville de Neuilly-sur-Seine, l’ancien président vit sans ostentation et sans aide du gouvernement malgache. Il reçoit peu et communique encore moins. Tenu à un devoir de réserve qu’il estime devoir aux autorités françaises, il ne donne aucune interview. Sa seule intervention publique, en 2008, diffusée sur une chaîne privée malgache – appartenant à… Andry Rajoelina –, a sonné la charge contre Ravalomanana.

Retrouvez le dossier complet : "Y a-t-il une vie après le pouvoir?"

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte