Dossier

Cet article est issu du dossier «Y a-t-il une vie après le pouvoir ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Jerry Rawlings

Janvier 2009:Jerry Rawlings se réjouit de l'élection de John Atta-Mills à la présidence du Ghana

Janvier 2009:Jerry Rawlings se réjouit de l'élection de John Atta-Mills à la présidence du Ghana © Pruneau

Ghana (1979 et 1981-2001), 62 ans

Depuis son départ de la présidence, « le Rédempteur » (son surnom au Ghana) a conservé un agenda très chargé. Au second semestre 2009, il s’est rendu en Côte d’Ivoire, aux États-Unis – à l’invitation de Bill Clinton –, en Norvège et au forum Africités, à Marrakech, au Maroc. Guest star, il développe les thèmes qui lui sont chers : défense des plus pauvres, panafricanisme, bonne gouvernance et développement, décentralisation… Sa principale cible, la famille Bush, accusée d’avoir donné le mauvais exemple en matière de présidence héréditaire. Mais « J.J. » est aussi présent sur la scène intérieure. Il accuse son successeur, John Kufuor, d’être un « escroc » et joue le rôle de vigie au sein du National Democratic Congress (NDC), le parti qu’il a fondé. Début janvier, il a conseillé à John Atta-Mills, l’actuel président, de ne pas renier les idéaux de leur formation et a insisté sur le rôle critique des militants. Un avertissement ? Rawlings tient informés ses compatriotes de toutes ses activités sur son blog.

Retrouvez le dossier complet : "Y a-t-il une vie après le pouvoir?"

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte