Dossier

Cet article est issu du dossier «Y a-t-il une vie après le pouvoir ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Liamine Zéroual

Algérie (1994-1999), 68 ans

Boudant ostensiblement les activités protocolaires, Liamine Zéroual a choisi de vivre paisiblement sa retraite dans sa ville natale de Batna. Il consacre l’essentiel de son temps à sa famille. Depuis son départ du pouvoir, il n’est sorti qu’une seule fois de son mutisme, en février 2009, quand des personnalités politiques et des intellectuels l’avaient publiquement interpellé, lui demandant de se présenter contre Abdelaziz Bouteflika pour l’élection présidentielle d’avril 2009. Il a décliné l’offre à travers un communiqué publié dans la presse. Voyageant très peu, il n’a pratiquement pas quitté sa région depuis son retrait de la vie politique. Liamine Zéroual vit de sa pension d’ancien chef d’État qui, cumulée à sa retraite de général, lui procure un salaire mensuel avoisinant les 300 000 dinars, soit l’équivalent de 2 900 euros. Sa villa, qu’il a construite à l’aide d’un crédit, est totalement remboursée.

Retrouvez le dossier complet : "Y a-t-il une vie après le pouvoir?"

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte