Défense

Kadhafi se réarme

© AFP

Chasseurs, avions d’entraînement et de combat, hélicoptères, système de défense antiaérienne... Tripoli et Moscou ont repris leurs vieilles habitudes.

C’est le plus gros contrat d’achat d’armes jamais conclu par la Libye depuis la fin de l’embargo sur ce commerce imposé par l’ONU en 1992. Le 29 janvier, Vladimir Poutine, le Premier ministre russe, a indiqué que le montant du contrat signé avec Tripoli s’élevait à 1,3 milliard d’euros. Selon des industriels russes, ces achats porteraient sur des chasseurs à grande manœuvrabilité Su-35 (douze à quinze unités), des avions d’entraînement et de combat Yak-130 (quatre unités), des hélicoptères et quelques dizaines de chars T-90C. Le clou du contrat est le système de défense antiaérienne, livrable à la fin de 2010, composé de deux batteries de quatre missiles S-300, un joyau de l’armement russe qui suscite l’intérêt des États-Unis, d’Israël, de l’Iran et de l’Arabie saoudite.

La négociation du contrat a duré pas moins de trois ans, le temps de conclure un arrangement permettant à la Libye de compenser une dette de 4,5 milliards de dollars qu’elle devait à l’ex-URSS. Fort opportunément, à la suite d’un entretien téléphonique entre Poutine et Mouammar Kadhafi, au moment même où Abou Bakr ­Jaber Younes­, chef de l’armée libyenne, se trouvait à Moscou pour signer le contrat, Tripoli a donné son feu vert à l’exploitation par le groupe pétrolier russe Tatneft, en partenariat avec la compagnie nationale libyenne NOC, d’un gisement pétrolier qu’il a découvert dans le bassin de Ghadamès.

Le contrat de Moscou représente la première phase du programme de réarmement de l’armée libyenne, dont la Russie était le fournisseur traditionnel avant l’embargo. L’armée de l’air, en particulier, compte en effet compléter sa flotte, et la concurrence s’annonce rude. Les Russes, qui viennent de prendre une longueur d’avance, se proposent de satisfaire les demandes libyennes en armes à 100 %. Sur les rangs, les Français, qui ont décroché en 2007 un contrat de fourniture de missiles Milan, ne cessent de faire la promotion du Rafale pour remplacer les Mirage fournis à la Libye dans les années 1970.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte