Politique

Que cache le silence d’Olympio ?

Les spéculations sur le silence de Gilchrist Olympio autour de la nomination de Jean-Pierre Fabre comme candidat unique à la présidentielle commencent chez les observateurs. Gilchrist Olympio aimerait-il se présenter de nouveau à l’éléction présidentielle ou pas?

Mis à jour le 16 février 2010 à 16:53

Gilchrist Olympio © AFP

GILCHRIST OLYMPIO, le président de l’Union des forces de changement (UFC), principal parti de l’opposition togolaise, n’a pas encore accordé son soutien à Jean-Pierre Fabre, le candidat désigné pour représenter le parti à la présidentielle du 4 mars.

À l’issue d’une réunion des candidats de l’opposition, les 9 et 10 février à l’hôtel Concorde-Lafayette, à Paris, ce dernier a pourtant été choisi comme le candidat d’une coalition regroupant les partis de Kofi Yamgnane (Sursaut Togo) et d’Agbéyomé Kodjo (Obuts). Mais, au même moment, Olympio recevait ses partisans dans sa résidence parisienne. A-t-il plaidé la cause de Fabre auprès de Yawovi Agboyibo, le président d’honneur et candidat à la présidentielle du Comité d’action pour le renouveau (CAR), qui, le 11 février, lui a rendu visite après avoir claqué la porte de la réunion de l’opposition, parce qu’il rejette toute idée d’une candidature unique ?

« Il a écouté tout le monde, il se prononcera bientôt », élude Isaac Tchiakpé, son plus proche conseiller. Empêché par la maladie de déposer un dossier de candidature complet auprès de la Commission électorale nationale indépendante, Olympio espère-t-il que, la date du scrutin ayant été repoussée de quatre jours, celle du dépôt des candidatures le sera aussi ? Cela lui permettrait de revenir dans le jeu…