Politique

Les blanchis de la liste noire

Kabiné Comara avec Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté, le 30 décembre 2008 © Reuters

Avec Dadis loin de Conakry et les différents rapports sur les massacres du 28 septembre publiés, la Cédéao est en train de réexaminer la liste des personnalités guinéennes frappées de sanctions.

La liste des personnalités guinéennes frappées de sanctions (restriction de déplacement, gel des avoirs à l’étranger) est en cours de réexamen au siège de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à Abuja.

Les responsables qui ne sont pas mêlés à des crimes de sang (notamment au massacre du 28 septembre 2009) et qui n’ont pas pris publiquement position contre le processus de retour à la démocratie verront leurs noms retirés. Qui seront-ils ? Une première short-list d’une dizaine de noms a été dressée.

Y figurent notamment Kabiné Komara (ancien Premier ministre), Ousmane Kaba (vice-président du Comité d’audit et de surveillance des secteurs stratégiques de l’économie), Maïmouna Diallo (ancienne directrice de cabinet du chef de la junte, Moussa Dadis Camara), l’homme d’affaires Karfalla Camara, alias « KPC », et Moustapha Zayatte, le médecin personnel de Dadis.

Retrouvez l’interview exclusive du président par intérim de la Guinée Sékouba Konaté dans le numéro 2562 de Jeune Afrique, en kiosques du 14 au 20 février.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte