Dossier

Cet article est issu du dossier «Seychelles, la métamorphose»

Voir tout le sommaire
Société

Le créole contre le communautarisme

Penda Choppy est inquiète. À l’entendre, le créole serait menacé. « De plus en plus de jeunes parents sont persuadés que c’est la raison de l’échec de leurs enfants. Beaucoup leur parlent en anglais même à la maison, maintenant. » Pourtant, la directrice de l’Institut créole en est persuadée : s’il est une chose qu’il faut conserver de l’époque socialiste, c’est bien l’apprentissage du créole à l’école.

En 1981, les résultats scolaires des enfants seychellois étaient catastrophiques. À l’entrée dans le secondaire, très peu savaient lire et écrire l’anglais, la langue d’apprentissage… alors qu’à la maison les enfants parlaient créole. Et, alors que deux ans plus tôt, les pays parlant créole (Seychelles, Maurice et la Réunion dans l’océan Indien, la Guadeloupe, la Martinique et Haïti dans les Caraïbes) s’étaient réunis au sein de l’association Bannzil Kreol, le gouvernement de France-Albert René décide – une première dans le monde – d’enseigner dans cette langue héritée de la traite négrière. L’initiative est une réussite. En 1985 déjà, les premières études font état de l’amélioration des résultats des élèves. Désormais, maîtrisant mieux le créole, ils sont plus à l’aise en anglais et en français, les deux autres langues officielles.

Le créole perpétue aussi l’histoire du peuple seychellois, fait d’esclavage, puis de métissage. Dans les rues de Victoria, que l’on soit blanc ou noir, on ne peut pas faire la différence car tout le monde parle la même langue. Ce métissage, qualifié par certains observateurs de « parfait », le pays entend bien le préserver. Outre la réalisation d’un dictionnaire, l’Institut créole travaille à la création d’un logiciel de correction électronique en créole. Histoire de le mettre à la page… Et de rappeler aux sceptiques que ce n’est pas une langue du passé. 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte