Politique

Qui Gbagbo a-t-il recalé ?

| Par
Le président ivoirien Laurent Gbagbo, le 13 janvier 2010 à Yamoussoukro

Le président ivoirien Laurent Gbagbo, le 13 janvier 2010 à Yamoussoukro © AFP

Le nouveau gouvernement ivoirien a été complété par des personnalités issues de l’opposition jeudi 4 mars. Mais les nouveaux ministres ne sont pas ceux que l’opposition avait initialement proposés. Le 23 février, Laurent Gbagbo s’était opposé à leur entrée dans le gouvernement, le laissant incomplet pendant plus d’une semaine. Et le chef de l’Etat n’a pas cédé sur ces noms.

Le gouvernement ivoirien annoncé le 23 février comptait onze portefeuilles vacants sur vingt-sept. Le chef de l’État, Laurent Gbagbo, avait en effet rejeté la liste des candidats de l’opposition que lui avait soumise le Premier ministre, Guillaume Soro, le même jour. Le président a notamment recalé Patrick Achy (PDCI), Amadou Gon Coulibaly (RDR, directeur de campagne d’Alassane Ouattara) et Hamed Bakayoko (RDR) au motif qu’ils sont trop engagés dans la campagne électorale. Dans son propre camp, Laurent Gbagbo a mis hors jeu certains barons du régime qui n’avaient plus les faveurs de l’opinion. Il s’est ainsi séparé des ministres Hubert Oulaye (Fonction publique), Sébastien Dano Djédjé (Réconciliation nationale et chargé des relations avec les institutions) et Léon Emmanuel Monnet (Mines et Énergie), qui totalisaient plus de neuf ans de présence au gouvernement et qui ont été remplacés par des cadres de leurs régions respectives. Habile, il a préféré garder Paul Antoine Bohoun Bouabré et Désiré Tagro, les deux frères ennemis de la ville d’Issia, pour éviter une implosion de son parti dans l’un de ses bastions.

Retrouver la composition complète du gouvernement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte