Politique

Le reclus de la Villa verte

| Par Jeune Afrique
Mamadou Tandja en juillet 2009

Mamadou Tandja en juillet 2009 © Sipa

Emprisonné aux abords du palais présidentiel, l’ancien chef de l’État ne montre aucun signe d’abattement.

Contrairement à ce qui s’est passé lors du coup d’État d’avril 1999 qui avait renversé le régime du général Ibrahim Baré Maïnassara, les putschistes du 18 février n’ont à aucun moment envisagé l’élimination physique de Mamadou Tandja. Mais le succès de leur entreprise dépendait de sa neutralisation. C’est pourquoi leur premier objectif était de l’avoir sous la main. Dès que les premiers éléments mutins ont pénétré dans la grande salle du palais présidentiel, où se tenait le Conseil des ministres, le chef de l’État a été arrêté puis évacué dans un véhicule blindé vers le Camp de la compagnie d’appui (CCA), unité dirigée par le nouvel homme fort du pays, le commandant Salou Djibo. Tandja y passera les cinq premiers jours de sa détention.

Durant cette période, les rumeurs les plus folles ont circulé sur son sort. Le 24 février au petit matin, le président déchu est transféré à la Villa verte – haut lieu du pouvoir durant les années Kountché –, située à moins de 100 m du palais présidentiel. Cette luxueuse demeure sert également de bureau à Salou Djibo. C’est ici qu’il accorde ses audiences, reçoit les émissaires étrangers et les opportunistes de tout acabit : tazartchiste hier, pourfendeur de Tandja aujourd’hui…

"Ni amertume, ni regret"

Comment se passe la détention de Tandja ? « Dans de bonnes conditions, affirme le professeur Ibrahima Touré, son médecin personnel. Il est traité avec déférence. Ce sont ses femmes qui lui font la cuisine, et, pour des questions de sécurité, il n’a pas encore reçu de visite. En revanche, les émissaires de la Croix-Rouge ont pu le voir sans la présence de ses geôliers. Ils pourraient vous confirmer mes propos. » Nullement abattu, le président Tandja n’exprime « ni amertume ni regrets, c’est un militaire, vous savez ! » conclut le médecin.

La première dame a été invitée à quitter le palais présidentiel le jour du putsch. Libre de ses mouvements à Niamey, elle reste cependant cloîtrée chez elle. Ses enfants n’ont pas été inquiétés et n’affichent pas d’appréhension particulière.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte