Dossier

Cet article est issu du dossier «Gabon : changement d'ère»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Tendances diplomatiques

Les débuts d’Ali Bongo Ondimba (ABO) dans le club très sélect des chefs d’État sont scrutés, analysés et comparés à ceux de son prédécesseur. Au sommet sur le réchauffement climatique de Copenhague, en décembre, le nouveau président a fait bonne impression et séduit la nouvelle génération des dirigeants du monde : il est jeune, à l’aise avec ses homologues et parle indifféremment français et anglais.

Avec la France, le nouveau pouvoir semble partir du bon pied. Nicolas Sarkozy, qui en avait clairement fait son favori à la présidentielle, lui a adressé ses félicitations avant même la proclamation des résultats définitifs et le soutient dans ses premières réformes. Officiellement ou officieusement, ABO a effectué plusieurs visites à l’Élysée, notamment pour un déjeuner, le 20 novembre. Quant au président français, il s’est rendu à Franceville et à Libreville le 24 février.

Lors du sommet de l’Union africaine, fin janvier, le président gabonais a montré une vraie facilité à communiquer avec les chefs d’État de l’aire anglophone du continent, de même qu’avec ses homologues burkinabè et ivoirien, auxquels il a rendu visite quelques jours auparavant. Il faut dire qu’il connaît de longue date le président Compaoré et que Libreville a longtemps – à des périodes plus ou moins récentes – été l’escale des opposants ivoiriens en quête de soutien financier, parmi lesquels Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Avec ses voisins d’Afrique centrale, les relations sont en revanche plus délicates. Visiblement, ABO n’a pas encore digéré le soutien que certains d’entre eux ont accordé à ses rivaux pour la présidentielle. Son absence à Malabo, en décembre, lors de la prestation de serment de Teodoro Obiang Nguema, son retard au sommet de Bangui mi-janvier et sa volonté de prendre la suite de la médiation engagée par son père entre les belligérants centrafricains ont agacé dans les capitales voisines.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte