Dossier

Cet article est issu du dossier «Eau : l'indispensable recours aux fonds privés»

Voir tout le sommaire
Archives

Privé, publics : même intérêts ?

« Les opérateurs privés ont un rôle significatif dans les pays en développement », constate l’ONU dans son rapport Water World Development 2009. Mais la montée en puissance des capitaux privés dans le secteur de la distribution d’eau en Afrique n’est pas du goût de tout le monde. « Ils n’ont pas comme intérêt premier la préservation de la ressource », estime Jean Verdier, spécialiste eau et irrigation à la FAO, pour qui les profits de court terme recherchés par les multi­nationales ne sont pas forcément compatibles avec la gestion durable de l’eau et l’intérêt public. « La réutilisation de l’eau est une des réponses que nous apportons quand la ressource est peu disponible », se défend Jean-Yves Gadras, responsable commercial Afrique chez Degrémont.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte