Dossier

Cet article est issu du dossier «RD Congo : une histoire belge»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Karel de Gucht/Louis Michel : le duel

Le flamand Karel de Gucht, commissaire européen et le francophone Louis Michel, député européen

Le flamand Karel de Gucht, commissaire européen et le francophone Louis Michel, député européen © Montage jeuneafrique.com

Quand il arrive aux Affaires étrangères, en 1999, le francophone Louis Michel doit redorer le blason international belge, terni par le trafic du poulet à la dioxine et la sordide affaire du pédophile Marc Dutroux. « Il comprit tout de suite que, si la Belgique avait quelque valeur ajoutée à faire valoir, c’était bien là », explique la journaliste Colette Braeckman dans Vers la deuxième indépendance du Congo (éditions Le Cri). Après dix ans de rupture, « Louis l’Africain » renoue avec l’ancienne colonie.

Puis il devient commissaire européen au Développement, en 2004, et le libéral flamand Karel de Gucht lui succède aux Affaires étrangères, jusqu’en 2009. Là où Louis Michel s’était illustré par une politique congolaise bienveillante et toute en rondeurs – quitte à être taxé de « kabilisme » –, Karel de Gucht enchaîne les déclarations provocatrices sur Kinshasa. Elles lui assurent une bonne cote de popularité dans l’opinion publique flamande.

Louis Michel est désormais député européen, et Karel de Gucht commissaire au Commerce, après un passage au Développement.

Karel de Gucht, janvier 2010
« Ce qui se passe au Congo est un drame inconcevable. En tant qu’être humain, je n’aurais jamais pu me résoudre à un entretien agréable avec Joseph Kabila, un verre de bière à la main. »

Louis Michel, février 2010
« Le Congo reprend des couleurs et va bientôt arriver à une vitesse de croisière qui va le faire monter en puissance. »

Karel de Gucht, avril 2008
« Les institutions ne suffisent pas pour faire une démocratie, il faut que cette dernière s’inscrive aussi dans les moeurs de la classe politique et du peuple. »

Louis Michel, juin 2006
« Joseph Kabila représente l’espoir pour le Congo. »

Karel de Gucht, octobre 2004
« Je n’ai pas rencontré d’homme d’Etat au Congo. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte