Société

La méthode de Freedom House

Par
Mis à jour le 22 mars 2010 à 15:04

Dans son classement, Freedom House a noté chaque pays en fonction de quarante-quatre critères couvrant l’ensemble du spectre des libertés : accès des femmes à la justice et absence de discrimination ; autonomie de décision, sécurité et liberté individuelle ; droits économiques et égalité des chances ; droits politiques (vote, éligibilité) et civiques (participations aux institutions politiques, syndicats, organisations non gouvernementales et associations) ; droits sociaux et culturels.

L’évaluation est établie sur la base des notes attribuées par l’auteur de l’étude-pays et le comité d’experts de Freedom House avant d’être examinée et approuvée par un groupe de spécialistes. Les notes varient sur une échelle de 1 à 5 :

1 : restriction totale ou presque totale des libertés ;

2 : restriction de la plupart des libertés ;

3 : restriction de certaines libertés ;

4 : restriction rare des libertés ;

5 : liberté totale ou presque totale.

L’enquête a été menée au cours du second semestre 2009. Trois personnalités indépendantes ont été chargées du volet Maghreb central : Nadia Marzouki, professeure-chercheuse à l’université Yale (États-Unis), pour l’Algérie ; Fatima Sadiqi, professeure à l’université de Fès et directrice du Centre Isis pour la femme et le développement, pour le Maroc ; Lilia Ben Salem, professeure à la faculté des sciences sociales de Tunis, pour la Tunisie.