Politique

Un parcours politique inachevé

Après sa défaite à la présidentielle de 2002 face à Amadou Toumani Touré (ATT), Soumaïla Cissé quitte l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema, le parti majoritaire), qu’il représentait, pour créer son propre mouvement, en juin 2003 : l’Union pour la république et la démocratie (URD). Avec lui, il emmène un bon nombre des cadres de son ancien parti. Mais nommé à la présidence de la Commission de l’UEMOA en 2004, il confie les rênes de l’URD à l’un de ses proches, Younoussi Touré, ancien Premier ministre d’Alpha Oumar Konaré. En 2007, ce statut de fonctionnaire international l’empêche de se représenter face à ATT. Mais, selon les observateurs, c’est surtout parce qu’il savait ATT imbattable après son premier mandat. L’homme a préféré attendre 2012, quand l’actuel président ne pourra plus prétendre à sa propre succession, pour se lancer dans une compétition plus ouverte. Aujourd’hui, avec 25 députés, son parti représente la deuxième force politique du Mali derrière l’Adema, qui en compte 51.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte