Dossier

Cet article est issu du dossier «Que reste-t-il de Bourguiba ?»

Voir tout le sommaire
Politique

L’islam et lui

Par Chedli Klibi, ancien ministre, sénateur

Porté à la réflexion sur les problèmes de société, Bourguiba avait bien étudié l’islam, sa longue histoire et ses doctrines diverses. Il eut aussi le temps, en prison ou en exil, de beaucoup lire et méditer. Au collège Sadiki, il avait eu d’excellents professeurs. Notamment pour les disciplines arabes et islamiques, qui étaient confiées à des cheikhs de grande qualité. Le plus prestigieux d’entre eux, Tahar Ben Achour, était connu pour sa vaste érudition, mais aussi pour la tournure rationaliste de son esprit. Lorsque Bourguiba, dès sa nomination comme Premier ministre, en 1956, voulut promulguer un nouveau code du statut personnel, le cheikh Ben Achour – par l’intermédiaire de son fils, alors mufti de la République – sembla cautionner l’orientation moderniste souhaitée. Mais, devenu président de la République (1957), Bourguiba n’eut rien de plus pressant que de réorganiser, d’autorité, et sans même consulter les premiers intéressés, l’enseignement islamique. Au même moment, le calendrier des fêtes religieuses était soumis aux calculs astronomiques. Nombre de cheikhs, attachés aux méthodes anciennes – contrairement au cheikh Ben Achour –, refusèrent de s’y plier et furent traités sans aménité par les forces de l’ordre. Des incidents éclatèrent, ici et là, que la rumeur grossissait à souhait. Un vent de fronde semblait souffler sur le pays.

Mais l’affaire qui allait provoquer un grand choc dans les milieux populaires concernait le jeûne du ramadan. Déclarant mener « la bataille du sous-développement », Bourguiba claironnait, dans tous ses discours, que cette lutte était, de nos jours, la forme la plus urgente du djihad. En frappant d’apoplexie toute la société, pendant tout un mois, disait-il, le jeûne était de nature à compromettre la rénovation économique et sociale nécessaire pour le relèvement du pays. Il ne cessait d’exhorter le peuple à s’abstenir de jeûner, expliquant qu’il obéissait là à une des grandes finalités de l’islam. Joignant l’acte à la parole, il se permit, en plein ramadan, de boire ostensiblement dans une réunion populaire. À l’instar – insistait-il lui-même – du Prophète, qui, avant une grande bataille, se mit à boire devant tous ses compagnons pour les convaincre de la nécessité de préserver toutes leurs forces afin de gagner le combat contre les infidèles. Bourguiba ne put ainsi bénéficier de l’appui du cheikh Ben Achour, qui aurait pu le soutenir contre la kyrielle de contempteurs qui l’accusaient de trahir l’islam. Par précipitation ou par une excessive confiance dans son aura, il perdit l’occasion propice de poser la Tunisie, aux yeux du monde, comme un modèle de modernisation en tous points réussie, ce qui était un de ses rêves les plus chers.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte