Archives
 © Plateau de l’Atlas marocain

Cet article est issu du dossier

Maroc : la démarche verte

Voir tout le sommaire
Économie

Nareva rejoint l’initiative Desertec

Mis à jour le 22 avril 2010 à 17:51

Bien décidé à prendre le train des énergies renouvelables, le Maroc vient d’adhérer, via Nareva – branche spécialisée dans l’environnement et l’énergie du holding royal ONA –, à l’initiative industrielle privée régionale Desertec. Nareva rejoint ainsi les allemands Siemens, Solar Millennium, Munich Re, RWE et Schott Solar, les espagnols Abengoa et Red Eléctrica, le suisse ABB, l’italien Enel Green Power, le français Saint-Gobain Solar ou encore l’américain First Solar. Au total, 16 entreprises sont impliquées.

Créé en 2009, Desertec vise à exploiter les potentiels énergétiques des déserts du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, grâce à un vaste réseau de centrales solaires à concentration et de parcs éoliens. Objectif : assurer, d’ici à 2050, 15â % des besoins en énergie du Vieux Continent et une part de ceux des pays producteurs. Le projet est estimé à 400 milliards d’euros.

Paul Van Son, responsable de la société allemande DII, pilote du projet, souhaite arrêter d’ici à 2012 la répartition entre solaire et éolien, l’emplacement des installations et le financement. L’objectif est aussi d’avoir mis en route au moins un projet pilote pour prouver la faisabilité de l’initiative. Les discussions sont en cours pour implanter ce projet au Maroc.