Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 personnalités qui comptent»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Golden Misabiko, défenseur des droits de l’homme

| Par

Président au Katanga de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho), 55 ans

Huit mois de prison en 2000-2001 pour avoir dénoncé l’exécution du commandant Anselme Masasu – condamné à mort pour complot –, encore trois semaines de prison en 2009 après avoir publié un rapport sur l’exploitation de la mine d’uranium de Shinkolobwe… Golden Misabiko, président de la section katangaise de l’Asadho, est un familier des cachots congolais. Rien ne l’arrête. En 2006, il avait publié une lettre ouverte sur les massacres de Hutus rwandais commis en 1996-1997 par l’armée rwandaise et l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL).

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 personnalités qui comptent»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte