Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 personnalités qui comptent»

Voir tout le sommaire
Culture

Awilo Longomba, porte-étendard de la « techno-soukouss »

Awilo Longomba. © Seyllou/AFP

Chanteur, 48 ans

Son père, Vicky Longomba, était l’une des plus belles voix du Congo et un ténor de l’orchestre Tout-Puissant OK Jazz de Kinshasa. Tel père, tel fils ? Certainement, même si Awilo Longomba a plutôt été élevé par sa grand-mère. Mais il a grandi dans un environnement musical. Il a débuté sa carrière comme batteur dans des groupes kinois. Mais, depuis quelques années, voulant voler de ses propres ailes, il s’est transformé en chanteur, devenant ainsi le représentant d’un autre versant de la musique congolaise, celui qu’il appelle lui-même « techno-soukouss ». Le succès qu’il récolte partout où il passe prouve qu’il ne s’est pas trompé de vocation. Comme jadis son père, Awilo parcourt le monde, en véritable porte-étendard de la chanson congolaise.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 personnalités qui comptent»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte