Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 personnalités qui comptent»

Voir tout le sommaire
Culture

André Yoka, combattant pour la culture

Son premier texte, © Baudoin Mouanda pour J.A.

Écrivain et professeur d'université, 61 ans.

Il a écrit son premier texte, Le Fossoyeur – publié dans le recueil Dix nouvelles –, sous un pseudonyme. C’était en 1976. Depuis, André Yoka ne se cache plus pour écrire. Professeur de lettres à l’Université catholique du Congo et à l’Institut national des arts, il assume son credo dans son dernier essai, Le Combat pour la culture : « La culture offre l’alternative du beau, du bien, du vrai et de l’autre rive », dit le pourfendeur de la « sape de la pensée », regrettant que ses compatriotes soient devenus des « flambeurs ». La classe dirigeante n’est pas totalement sourde à son discours. Passé par des fonctions officielles – notamment conseiller de Léon Kengo wa Dondo, quand il était Premier ministre –, ce « Kinois de souche » est aujourd’hui chargé de l’organisation des manifestations culturelles et artistiques pour le cinquantenaire de l’indépendance.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 personnalités qui comptent»

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte