Société
Les 50 personnalités qui comptent

Cet article est issu du dossier

Les 50 personnalités qui comptent

Voir tout le sommaire
Culture

André Yoka, combattant pour la culture

Par
Mis à jour le 12 mai 2010 à 17:30

Écrivain et professeur d’université, 61 ans.

Il a écrit son premier texte, Le Fossoyeur – publié dans le recueil Dix nouvelles –, sous un pseudonyme. C’était en 1976. Depuis, André Yoka ne se cache plus pour écrire. Professeur de lettres à l’Université catholique du Congo et à l’Institut national des arts, il assume son credo dans son dernier essai, Le Combat pour la culture : « La culture offre l’alternative du beau, du bien, du vrai et de l’autre rive », dit le pourfendeur de la « sape de la pensée », regrettant que ses compatriotes soient devenus des « flambeurs ». La classe dirigeante n’est pas totalement sourde à son discours. Passé par des fonctions officielles – notamment conseiller de Léon Kengo wa Dondo, quand il était Premier ministre –, ce « Kinois de souche » est aujourd’hui chargé de l’organisation des manifestations culturelles et artistiques pour le cinquantenaire de l’indépendance.