Dossier

Cet article est issu du dossier «France-Afrique, les nouveaux réseaux»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Des maçons bien discrets

| Par Jeune Afrique

Il y eut Guy Penne, « Monsieur Afrique » de François Mitterrand, ou encore le sénateur Pierre Biarnès, éminence de la Françafrique et de la franc-maçonnerie. La relève se fait aujourd’hui plus discrète. Pas question, à la Grande Loge nationale française (GLNF), de révéler qui est le « Monsieur Afrique ». Si certaines obédiences africaines se disent proches d’Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et conseiller pour la sécurité de Nicolas Sarkozy, lui se fait discret. Tout comme Patricia Balme, gourou en communication de Paul Biya.

La « franc-maçonnafrique » est loin d’être enterrée. Le conseiller régional Philippe Guglielmi, à la tête du Grand Orient jusqu’en 1999, serait proche du Congolais Denis Sassou Nguesso. François Stifani, de la GLNF, a lui-même installé Ali Bongo Ondimba à la tête de la Grande Loge du Gabon, en 2009. Nombre de chefs d’État et de politiciens cherchent l’adoubement des confréries françaises. Jean Ping, en 2008, a défendu sa candidature à la commission de l’Union africaine lors d’une conférence à la Grande Loge de France.

En Côte d’Ivoire, la presse a révélé l’appartenance du PDG de la société Construction métallique ivoirienne (CMI), Bernard Derrien, à une loge ivoirienne. Certains Français ont su se hisser dans ces hautes sphères en un temps record. Une promotion qui peut donner un coup de pouce aux affaires…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte