Dossier

Cet article est issu du dossier «France-Afrique, les nouveaux réseaux»

Voir tout le sommaire
Politique

Robes noires

| Par Jeune Afrique

Simone Gbagbo et l’État togolais ont un point commun : leur avocat, Pierre Haïk (le dossier Kieffer pour la première, l’affaire Kpatcha Gnassingbé pour le second). C’est un habitué du continent, ex-conseiller de l’ancien directeur des affaires générales d’Elf, Alfred Sirven, et surtout de Charles Pasqua. Plus jeune, il joue dans la même cour qu’autrefois Jacques Vergès, lequel conseille encore le chef de l’État centrafricain, François Bozizé. D’autres « pointures » prennent la relève : après le massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, Francis Szpiner, Lev Forster puis Marcel Ceccaldi ont essayé de mettre Dadis Camara à l’abri des poursuites ; Christian Charrière-Bournazel (bâtonnier à Paris) et Mario Stasi conseillent Kpatcha Gnassingbé.

Ancien maire UMP et proche de Nicolas Sarkozy, Manuel Aeschlimann,­ qui a rejoint l’équipe du Congolais Jean-Pierre Bemba – poursuivi par la Cour pénale internationale –, est un nouveau venu. Il est à l’opposé d’un William Bourdon, qui se montre plus volontiers aux côtés des faibles. Ce dernier est avocat des plaignants dans l’affaire des « biens mal acquis », qui vise notamment Denis Sassou Nguesso (défendu par Jean-Pierre Versini-Campinchi). Mais il est aussi celui de… la famille Kadhafi ! Les « cabinets d’affaires » ont également leurs « Messieurs Afrique », notamment Jean-Claude Petilon chez Fasken Martineau ou Stéphane Brabant chez Herbert­ Smith. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte