Dossier

Cet article est issu du dossier «Abidjan, la saga-cité»

Voir tout le sommaire
Musique

Les incontournables de la nuit abidjanaise

La géographie de l’ambiance a-t-elle changé sous l’effet de la situation politique ? Revue des lieux où il fait bon sortir.

« Même Paris connaît, Abidjan est le plus doux au monde. » Cette phrase lancée dans une chanson du groupe de zouglou Espoir 2000 illustre à merveille l’orgueil national ivoirien tel qu’il s’est exprimé ces dernières années. Malgré la crise militaro-politique, la plus grande ville du pays devait demeurer « la capitale de la joie ». L’effervescence musicale ivoirienne, de plus en plus conquérante, témoigne de cet état d’esprit. Si, durant les premiers mois du conflit, les maquis de quartier (mélange de bars, de restaurants et de dancings) ont imposé une forme de divertissement de proximité, notamment en raison du couvre-feu et du sentiment latent d’insécurité, les choses se sont de nouveau normalisées. Effet du temps et de mode, les lieux incontournables ont tout de même changé. L’Abidjan by night d’aujourd’hui s’articule autour de quatre quartiers : le Plateau (qui avait été déserté au début de la crise), les Deux-Plateaux, la Zone 4 (commune de Marcory) et Yopougon.

La cité de la joie

Célèbre pour ses gratte-ciel, le Plateau, quartier des affaires, abrite surtout des restaurants et night-clubs pour happy few. Après un dîner à La Croisette, Chez Tuan, Chez Georges ou à La Case Ébène, il est toujours temps d’aller danser au Life Star, pour goûter son ambiance cosmopolite et sa couleur musicale très dance. Ceux qui, il y a quelques années, avaient l’habitude d’aller à La Place Vendôme ou à La Piedra retrouveront leur atmosphère très « jeunes cadres dans le vent » au Ritz.

Les amoureux de la restauration, qu’elle soit rapide et chic (Pako, La Gourmandine) ou plus classique (La Nuit de Saigon, cuisine vietnamienne à bon prix), trouveront leur bonheur dans la rue des Jardins. C’est aussi le coin des lounges, comme L’Hollywood Boulevard ou L’Acoustic, où l’on peut commencer la soirée en se mettant quelque chose sous la dent, puis écouter de la musique, en CD ou en live, avant d’aller en boîte, un peu plus tard dans la nuit.

Une zone 4 formatée « expats »

Située à Marcory (dans le sud de la ville), la Zone 4, où vivent beaucoup d’expatriés français et d’Ivoiro-Libanais, se distingue par son nombre impressionnant de restaurants et de night-clubs au kilomètre-carré. On y trouve Le Montparnasse, restaurant très couru, l’un des deux Kaiten (japonais), Le Méchoui (oriental) ou le restaurant de l’hôtel Le Wafou. Pour continuer la soirée, des boîtes comme le Saint-Germain (très européen), L’Atlantis IV, le Via Cavour ou le Parker Place (pour les puristes du reggae en live) vous tendent les bras.

Surnommée Yop City, Joy City ou Poy la belle, Yopougon est la plus grande commune de la ville et du pays. Célèbre grâce à son incontournable rue Princesse, « la rue la plus animée de toute l’Afrique », lieu vibrionnant de créativité urbaine spontanée et riche de nombreux maquis, dans la plus pure tradition. L’ambiance y est authentiquement ivoirienne. « C’est impressionnant, mais ce n’est pas aussi dangereux que certains le prétendent. L’ambiance y est populaire, mais bon enfant », rassure William Kouassi, directeur d’un site spécialisé sur l’événementiel abidjanais. Les amoureux des boîtes de nuit pourront aussi faire un tour au Métropolis.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte