Dossier

Cet article est issu du dossier «Abidjan, la saga-cité»

Voir tout le sommaire
Société

Aux origines d’Abidjan

À sa construction, au début du XXe siècle, au moment où la Côte d’Ivoire, colonie française depuis 1893, est intégrée à l’Afrique-Occidentale française (AOF), Abidjan se limitait au Plateau, presqu’île dominant la lagune Ndoupé (« la lagune à l’eau chaude », future lagune Ébrié). Elle est née d’un village de pêcheurs, déguerpis en 1902 après la mise en chantier de la ville et, en 1904, du chemin de fer – qui reliera Bouaké, au nord du pays, en 1912, et Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso (alors Haute-Volta) en 1934.

Min tchan bidjan (« Je reviens de couper des feuilles », en langue ébriée). Selon la légende, la ville tient son nom de cette réponse d’un vieil homme, qui croyait qu’on lui demandait ce qu’il faisait là, à un explorateur européen qui l’interrogeait sur le nom du village. Persuadé, de son côté, que le vieil Ébrié répondait à sa question, l’explorateur consigna dans ses notes que le village s’appelait Abidjan.

En 1899, face à une recrudescence de la fièvre jaune, le gouvernement colonial décide de transférer la capitale administrative de Grand-Bassam (située sur la côte, à 30 km à l’est) à Bingerville, près d’Abidjan. Dès 1920, il admet le principe d’Abidjan, alors en pleine extension, comme capitale. Elle le devint officiellement en août 1934 (par décret du 10 août 1933).

En 1931, Le Plateau et la future commune de Treich­ville (baptisée ainsi en 1934, en l’honneur de Marcel Treich-Laplène, premier administrateur colonial de la Côte d’Ivoire) sont reliés par un premier pont flottant rail-route, prolongé en 1939 jusqu’à Port-Bouët. En 1951, les autorités coloniales lancent la construction du canal de Vidri et aménagent un port en eau profonde à Treichville. En un siècle, les pêcheurs auront vu leurs champs de manioc et leurs plantations se transformer en quartiers populaires et en immeubles d’affaires. De 1 000 âmes en 1910, le pourtour de la lagune Ébrié s’est mué en une mégapole d’environ 4 millions d’habitants dans laquelle subsistent quelques « îlots » ébriés, tels des villages, comme à Adjamé – qui signifie « le lieu de rassemblement ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte