Politique

La paix des braves

Mis à jour le 3 juin 2010 à 13:06

C’est fait ! Le 28 mai, l’Union des forces de changement (UFC), parti de l’opposant historique Gilchrist Olympio, est entrée au gouvernement. Le fils de Sylvanus Olympio – le président assassiné en 1963 lors d’un coup d’État auquel participait Gnassingbé Eyadéma – a annoncé, le 27 mai, la signature d’un accord qui octroie sept portefeuilles ministériels à ses partisans. Ainsi d’Elliott Ohin, nommé ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement de Gilbert Fossoun Houngbo, maintenu.

C’est l’épilogue d’un conflit qui divise le Togo depuis près de cinquante ans. En négociation depuis des semaines, les deux parties sont convenues de former un gouvernement d’union nationale, en dépit des réticences des « durs » de leurs camps respectifs. Pour faire passer la pilule, Faure a nommé Solitoki Magnim Esso, secrétaire général du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) au poste de ministre d’État, chargé de la Fonction publique.

Pourtant vainqueur de la présidentielle du 4 mars (avec 60,92 % des voix), Faure Gnassingbé accepte un douloureux partage du pouvoir, tandis qu’Olympio prend le contre-pied de Jean-Pierre Fabre, candidat malheureux de l’UFC (33,94 %), qui conteste toujours la victoire du chef de l’État sortant. « Nous n’avons pensé qu’à l’intérêt du pays », justifie Gilbert Bawara, un proche du chef de l’État, qui a dû céder son fauteuil de ministre de la Coopération.

À l’UFC, entre Fabre et Olympio, la guerre pour le contrôle du parti est ouverte. « Ce qu’[Olympio] a fait contrevient à nos statuts, dénonce un cadre proche de Fabre, basé à Paris. Notre bureau politique avait désapprouvé l’idée d’entrer au gouvernement. »

« Les arguments invoqués par Olympio pour justifier [sa] démarche en direction d’une participation au pouvoir ne tiennent pas la route », a répété Fabre sur une radio locale. Resté secrétaire général du parti, il menace d’exclure les militants nommés au gouvernement. Se dirige-t-on vers l’éclatement du principal parti de l’opposition ?