Société

Obsèques fatales pour le docteur Rwamucyo

| Par

Poursuivi pour complicité de génocide, cet ancien médecin de Butare a été arrêté le 26 mai, près de Paris. Au Rwanda, il a été condamné à la perpétuité par un tribunal gacaca.

Le médecin rwandais Eugène Rwamucyo, 51 ans, a été interpellé par la police française, le 26 mai, à Sannois (banlieue nord de Paris) dans le cadre d’un mandat d’arrêt lancé par Interpol. Il a été signalé par un journaliste – Jean-François Dupaquier, témoin expert auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) – alors qu’il assistait aux obsèques de Jean Bosco Barayagwiza – l’un des fondateurs de Radio Mille Collines –, arrêté et emprisonné au Bénin, où il est mort dans sa cellule, en avril.

Poursuivi pour complicité de génocide, Rwamucyo aurait participé en 1994, à Butare, dans le sud du Rwanda, à des réunions de planification du génocide présidées par Jean Kambanda, à l’époque Premier ministre. Bien que Kambanda ait été condamné à la prison à perpétuité par le TPIR à Arusha, il a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.

Le 27 mai, Rwamucyo a été présenté au tribunal de Versailles (à l’ouest de Paris). Il avait été interpellé pour la première fois en 2009, alors qu’il travaillait à l’hôpital de Maubeuge (dans le nord de la France). Reconnu par une patiente, il a été suspendu de ses fonctions, avant d’être révoqué. Au Rwanda, il a été condamné à la perpétuité par un tribunal coutumier gacaca. Il fait par ailleurs, depuis 2008, l’objet en France d’une plainte du Collectif des parties civiles pour le Rwanda

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer