Dossier

Cet article est issu du dossier «Malabo maintient le cap»

Voir tout le sommaire
Archives

Sipopo, nouveau quartier pour grandes rencontres

| Par

Les invités de marque qui assisteront aux manifestations internationales prévues en 2011 (sommet de l’Union africaine, UA) et 2012 (Coupe d’Afrique des nations, CAN, voir page suivante) ne seront pas déçus. À une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Malabo, entre mer et forêt, un site, entièrement sécurisé, qui disposera d’un réseau électrique, d’eau et d’assainissement, est en cours d’aménagement.

Un chantier multinational

Baptisé Sipopo, ce nouveau quartier, relié à la capitale par une autoroute, comprendra une clinique de 120 lits, une salle de conférences, un hôtel 5 étoiles de 200 chambres, accessible par la route et par un paseo maritime de 4 km. Il accueillera par ailleurs 52 luxueuses villas présidentielles, réalisées, elles, sur fonds privés.

Plusieurs entreprises sont à l’œuvre sur le site. La réalisation de l’autoroute et du paseo revient à la société égyptienne Arab Contractors, celle de la clinique à l’israélienne International Medical Service (IMS), tandis que les villas sont construites par Sogeco-Ecocsa et le libanais Seguibat, et la salle de conférences par une entreprise chinoise.

Le luxe et le vert

Le groupe français Bouygues a quant à lui remporté le marché de l’hôtel et de son golf de 18 trous, qui doivent être livrés en mars 2011, pour un coût estimé à 40 milliards de F CFA (près de 61 millions d’euros). Des discussions avec des chaînes internationales pour la gestion de l’hôtel sont en cours.

Une fois les lampions du sommet de l’UA 2011 et de la CAN 2012 éteints, le quartier accueillera des hommes d’affaires de passage, des congressistes et même de « simples » touristes. Son hôtel a en effet de quoi attirer ceux d’entre eux qui aiment le luxe et le vert et qui, outre les balades dans la forêt voisine, les baignades en mer et les parties de golf, pourront découvrir la petite île située juste en face. Véritable éden, entourée d’une eau poissonneuse, celle-ci abrite des espèces végétales rares. Un projet de valorisation de sa biodiversité est à l’étude.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte