Dossier

Cet article est issu du dossier «Malabo maintient le cap»

Voir tout le sommaire
Environnement

Tour de chauffe avant la CAN 2012

Récent et modulable, le stade de Malabo nécessitera peu d'aménagements.

Récent et modulable, le stade de Malabo nécessitera peu d'aménagements. © Vincent Fournier pour J.A.

Coorganisatrice avec le Gabon de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN), en janvier 2012, la Guinée équatoriale attend plus d’un million de visiteurs, sans compter les joueurs et l’encadrement des huit équipes qui s’affronteront dans les deux stades retenus sur son territoire. Modulable, celui de Malabo dispose de 15 200 places, qui pourront être portées à 20 000 par de simples aménagements. En revanche, avec ses 22 000 places, la capacité du stade Enkoantoma de Bata, qui abritera le match d’ouverture (Libreville accueillera la finale), est insuffisante. Des travaux vont être engagés pour la porter à 32 000 places et, dans la foulée, un grand complexe sportif sera construit autour du stade.

Pour héberger les matchs amicaux et les entraînements, de nouveaux terrains seront construits, et les infrastructures sportives existantes réhabilitées. L’île de Bioko sera dotée de 4 nouveaux terrains d’entraînement, dont 3 à Malabo. Sur le continent, Ebebiyin (Nord-Est) et Mongomo (Est) ont désormais leur stade ; à Bata, le stade Libertad sera rénové, et les capitales de région seront équipées en stades municipaux.

 Une mascotte aux couleurs des deux pays

Côté infrastructures hôtelières, le pays met les bouchées doubles à Malabo, Bata, Mbini, Mongomo et Ebebiyin pour augmenter ses capacités d’accueil dans les différentes gammes. Et si cela ne suffit pas, « les visiteurs seront logés sur des bateaux de croisière ou dans des logements sociaux, qui doivent être prochainement livrés », explique Ruslan Obiang Nsue, le secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, qui préside le Comité d’organisation de la CAN 2012 (Cocan) pour la Guinée équatoriale. Tout est prévu également pour compléter le parc existant d’infrastructures sanitaires : réhabilitation de l’hôpital Lo Ericomba à Malabo, construction d’un hôpital à Sipopo, mise en service d’unités mobiles de premiers soins…

En matière de télécoms, outre l’amélioration des services à laquelle se sont attelés les opérateurs, un site internet, en français, en anglais et en espagnol sera mis en place. Côté transports, les organisateurs essaient d’anticiper au mieux les problèmes que pourrait engendrer le passage d’un pays à l’autre et du continent à Malabo : un visa spécial donnant accès aux deux territoires doit être mis en place, et des vols spéciaux seront calés pour les délégations et les journalistes.

Enfin, les coorganisateurs de la CAN 2012 ont voulu placer la compétition sous le signe de la protection de l’environnement et ont choisi sa mascotte : un gorille d’Afrique centrale (espèce protégée), en tenue de footballeur aux couleurs des deux pays et baptisé Gagui, fusion de Gabon et Guinée.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte