Culture
Coup de projecteur sur les artistes sud-africains

Cet article est issu du dossier

Coup de projecteur sur les artistes sud-africains

Voir tout le sommaire
Société

Mark Behr traduit en français

Par
Mis à jour le 19 juin 2010 à 18:23

Dans ce dossier

Paru en 1993 et enfin traduit en français aux éditions JC Lattès, L’Odeur des pommes, de Mark Behr, replonge le lecteur en plein apartheid. En 1973, le narrateur Marnus Erasmus, 10 ans, vit au Cap au sein d’une famille afrikaner traditionnelle. Mais son existence réglée comme du papier à musique va bientôt être chamboulée. Aux changements qui sont en train de se mettre en place en Afrique du Sud font alors écho les bouleversements qui vont toucher la famille. Le vernis de la morale et de la bien-pensance craque. Le mensonge, la manipulation, les vices apparaissent. Et le discours raciste, si bien intégré par Marnus, se révèle d’autant plus terrifiant qu’il est dit avec les mots d’un enfant.