Agroalimentaire

La Côte d’Ivoire va se doter d’une Bourse agricole

| Par
Un champ de sorgho.

Un champ de sorgho. © AFP

L’État ivoirien s’apprête à lancer une Bourse des matières premières agricoles vivrières dans les prochains mois. Une manière de raviver un projet déjà porté dans le passé par… Simone Gbagbo.

La Côte d’Ivoire veut se doter d’une Bourse agricole pour les produits vivriers « afin de faire face aux spéculations diverses et de sécuriser la production nationale », selon Bruno Koné, porte-parole du gouvernement. Les principaux produits concernés seront l’igname, le sorgho, la banane, le manioc, le mil, le riz ou encore le maïs. « L’objectif de cette bourse est de rendre disponibles les productions vivrières agricoles sur toute l’étendue du territoire. Nous allons créer une plate-forme mobile interactive pour faciliter et sécuriser les transactions », a expliqué le porte-parole à la sortie du conseil des ministres hebdomadaire. Le projet s’appuiera sur l’Office pour la commercialisation des produits vivrières (OCPV), un organisme public qui dispose déjà d’un réseau très dense.

Lire aussi :

La bourse d’Addis-Abeba trace son sillon
Eleni Gabre-Madhin veut répliquer le modèle de la Bourse d’Addis-Abeba
Bourse : Eleni reçoit 5 millions de dollars

Bourse du Vivrier

Ce projet, porté par Sangafowa Mamadou, ministre de l’Agriculture, et par ses collègues Jean-Louis Billon (Commerce), Kaba Nialé (Finances) et Bruno Koné (Poste et Télécommunications), sera calqué sur le modèle de la Bourse éthiopienne, très plébiscité par les bailleurs. 

Mais l’initiative n’est pas nouvelle en Côte d’Ivoire. L’ex-première dame, Simone Gbagbo, avait piloté pendant plusieurs années un projet similaire, baptisé Bourse du Vivrier, mais sans grand succès.

Selon les statistiques de l’Agence nationale du développement rural (Anader), la balance commerciale de la Côte d’Ivoire est généralement satisfaisante en ce qui concerne les produits vivriers, avec une production annuelle de plus de 15 millions de tonnes. Mais le pays reste en revanche très dépendant de l’extérieur pour son alimentation en riz.

Pour le moment, aucun autre détail n’a filtré sur le coût et le calendrier de mise en oeuvre de ce projet.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer