Diplomatie

Une crise ? Quelle crise ?

Le Premier ministre espagnol Jose Luis Zapatero et le roi du Maroc Mohammed VI, le 11 juillet 2008. © AFP

Le Maroc et l’Espagne sont-ils au bord de la crise diplomatique ? Certains médias espagnols en semblent convaincus.

Mise à jour le mercredi 14 juillet à 13h01

Dans l’édition du 27 juin du quotidien El País, Ignacio Cembrero revient sur la nomination controversée d’Ahmed Ould Souilem, membre fondateur du Polisario, comme ambassadeur à Madrid. Selon lui, la diplomatie espagnole a mis plus de trois mois à donner son agrément à cette nomination. Citant des sources autorisées, il soutient par ailleurs que le Maroc tarde à officialiser l’entrée en fonction d’Alberto Navarro, le nouvel ambassadeur à Rabat. Ancien secrétaire d’État auprès de l’Union européenne, ce proche de José Luis Zapatero, le président du gouvernement espagnol, est actuellement en poste à Lisbonne. « Il n’y a aucun problème, les choses suivent normalement leur cours », dément le ministère marocain des Affaires étrangères.

Quoi qu’il en soit, El País regrette que les questions liées à l’intégrité territoriale du Maroc continuent de dominer les relations entre les deux voisins. En décembre 2009, la grève de la faim de la militante sahraouie Aminatou Haidar avait ému l’opinion espagnole et remis la question du Sahara occidental sur le devant de la scène. Ces dernières semaines, c’est le statut de Ceuta et Melilla qui fait l’actualité. Le 28 juin, lors d’une visite à Madrid, Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Économie et des Finances, a confié au journal en ligne l’Expansion.com que « les Espagnols savent que Sebta [Ceuta, NDLR] et Melilla sont deux villes marocaines ». Il se déclare favorable à l’ouverture de négociations « tranquilles et sereines », afin de rétablir cette vérité « à la fois géographique et historique ».

Ces propos font écho à ceux du Premier ministre Abbas El Fassi devant le Parlement, le 17 mai : lui aussi souhaite « mettre fin à l’occupation de Sebta et Melilla » par le dialogue. Un discours qui a dû plaire au Comité de libération de Sebta, Melilla et des îles occupées, qui, au cours du week-end du 19 juin, a apposé à l’entrée des deux « présides » sur une vingtaine de panneaux de signalisation des affiches – aussitôt arrachées par la police marocaine – portant la mention « territoires occupés ».

« Nous ne cautionnons pas ce type de comportement, confie un diplomate. Nous avons d’excellentes relations avec notre voisin espagnol et c’est précisément pour cela que nous pouvons lui parler franchement. Il n’est pas question d’entrer dans une logique de crise comme lors de l’affaire de l’îlot Leïla-Perejil, en juillet 2002. »

__

Précision

A la suite de la publication de cet article, le journaliste espagnol Ignacio Cembrero, auteur de « Un ambassadeur controversé », article paru dans le quotidien El País et auquel il est fait référence, précise qu’il n’a pas affirmé que le Maroc tardait à officialiser la nomination d’Alberto Navarro comme nouvel ambassadeur d’Espagne à Rabat. M. Cembrero a seulement émis l’hypothèse selon laquelle le Maroc pourrait prendre son temps pour approuver cette nomination. M. Cembrero ajoute que « El País ne regrette pas que les questions liées à l’intégrité territoriale du Maroc soient au centre des relations entre les deux pays », comme cela était mentionné dans l’article de J.A. « À tort ou à raison, El País pense que Ceuta et Melilla sont espagnoles et, s’il avait des regrets, ce serait plutôt à cause de la remise en question, par le Maroc, de l’intégrité territoriale de l’Espagne », conclut-il.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte