Archives
Télécoms

Cet article est issu du dossier

Télécoms

Voir tout le sommaire
Économie

Smartphones : des outsiders à la pointe de la technologie

Mis à jour le 29 juillet 2010 à 11:22

Nexus One

Certes, il a su créer l’événement, mais le premier téléphone de Google (fabriqué par HTC) a déçu, au point que la firme américaine a dû revoir ses prévisions de ventes à 1 million d’exemplaires pour 2010, contre 3,5 millions initialement prévus. Il reste cependant un terminal alternatif (à l’iPhone et au BlackBerry), qui accueille la version d’Android 2.1 et propose des applications impressionnantes comme l’inimitable Google Earth. Vaut-il pour autant son prix de 529 dollars (lors de son lancement aux États-Unis en début d’année) ? Rien n’est moins sûr, au regard de la concurrence.

 

Motorola Droid X

Un home cinéma de poche ? C’est en tout cas l’ambition de Motorola avec son Droid X, commercialisé le 15 juillet aux États-Unis en contre-attaque à l’iPhone 4. L’écran est plus grand d’un quart et son objectif de 8 mégapixels permet de faire des films de haute définition. Le logiciel Android (fourni par Google) lui offre par ailleurs l’accès à 65 000 applications. Motorola positionne son Droid X sur le segment haut de gamme, et son prix devrait s’y conformer : aux États-Unis, il sera vendu 199 dollars (l’équivalent de 160 euros) avec un abonnement.

 

Nokia N8

À 459 euros (sur le marché français), le dernier smartphone né des bureaux de recherche de Nokia a intérêt à tenir ses promesses. Plutôt positionné sur l’entrée de gamme, avec la plus grosse part de marché des smartphones (39,3 % au premier trimestre 2010), le constructeur finlandais espère venir tailler des croupières à ses deux concurrents principaux que sont l’iPhone et le BlackBerry. Le N8 est doté d’un arsenal de gadgets de qualité, comme un objectif de 12 mégapixels (tout de même), mais aussi d’une véritable application de web TV s’appuyant sur une offre complète : la marque a négocié des programmes télé avec des chaînes américaines (CNN, National Geographic, etc.) et ferait de même avec des canaux français.

 

HTC Evo

HTC a décidé de prendre un train d’avance en présentant dès mars, au salon CTIA Wireless de Las Vegas, un modèle compatible avec le réseau 4G (téléchargement jusqu’à dix fois supérieur que sur le réseau 3G) mais encore quasi indisponible sur le continent (Nigeria et Afrique du Sud peut-être prochainement). Le constructeur espère renouveler le succès du HTC Desire, considéré jusque-là comme le meilleur smartphone sous Android. Écran large de 4,3 pouces, optique de 8 mégapixels, camera de façade pour les visioconférences : Evo apparaît aussi comme l’un des smartphones les plus évolués. Lancé le 4 juin aux États-Unis, il y est vendu 200 dollars avec abonnement.

 

Sony Ericsson Xperia X10

Fonctionnant sous Android, le Sony Ericsson n’est plus autant à la pointe que lors de sa présentation, près d’un an avant sa sortie en mars. Il n’en demeure pas moins une réussite : un design soigné, un objectif de plus de 8 mégapixels. Avec ce téléphone, la coentreprise propose là son premier « Google phone », et le premier opérateur japonais ne s’en plaindra pas : NTT DoCoMo a annoncé, en mai, que le Xperia X10 a été le téléphone mobile le plus vendu en un minimum de temps, avec 120 000 unités en trois semaines. Environ 300 euros.