Politique

Et si les Madoff remboursaient !

| Par Jeune Afrique

« La présidence est décidée à refermer le dossier le plus vite possible, et cela passe par un remboursement des petits épargnants », explique un ancien ministre du gouvernement de Boni Yayi à propos du scandale financier des « Madoff béninois ». Parmi les promoteurs et les bénéficiaires de ce système pyramidal, les noms de personnalités proches du chef de l’État reviennent avec insistance. La charge de l’opposant Adrien Houngbédji, le 16 juillet, a fini de convaincre le Palais qu’il fallait réagir avec force. Le 21 juillet, Boni Yayi a convoqué les directeurs des sociétés publiques pour s’assurer qu’ils n’avaient pas placé de l’argent dans les structures incriminées, et a envoyé l’Inspection générale d’État (IGE) éplucher leur comptabilité. La Commission d’enquête placée sous la direction du ministre d’État, Pascal Koupaki, poursuit l’inventaire des dépôts. Et les services de police ont commencé à mettre la main sur une partie des fonds, des véhicules et des maisons achetés avec les 100 milliards de F CFA soutirés depuis 2006. Objectif : utiliser ces avoirs pour rembourser les petits épargnants dont la colère pourrait faire très mal lors de la prochaine élection présidentielle, en avril 2011.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer