Économie

Cameroun : AES va vendre ses parts dans la Sonel

Exclusif. L’américain AES cherche à revendre ses parts (56%) dans AES Sonel, révèle « Jeune Afrique » dans son numéro à paraître dimanche (n°2733 du 26 mai au 1er juin). Deux repreneurs seraient sur les rangs.

Par
Mis à jour le 24 mai 2013 à 16:32

Privatisée par l’État en 2001, la Société nationale d’électricité (AES Sonel), quatrième entreprise du Cameroun va bientôt changer de mains, affirme Jeune Afrique dans son numéro à paraître dimanche (n°2733 du 26 mai au 1er juin). Selon l’hebdomadaire panafricain, le géant américain AES, qui détient 56% du capital de AES Sonel (le Cameroun détenant les 44% restants), s’est mis depuis plusieurs mois en quête d’un repreneur. Un départ qui s’expliquerait essentiellement par la volonté du groupe d’Arlington coté à la Bourse de New York de rendre plus lisible sa stratégie et de rationnaliser son déploiement international, aujourd’hui éparpillé entre 25 pays.

Lire aussi :

Cameroun : la centrale de Kribi en service à la fin mars
Côte d’Ivoire : 345 millions de dollars pour Azito
RD Congo : Finagestion gérera l’eau pendant trois ans

Repreneurs

Jeune Afrique nomme deux repreneurs possibles : d’un côté le britannique Actis, familier des infrastructures énergétiques en Afrique. De l’autre, le fonds panafricain basé à Washington, Emerging Capital Partners (ECP), via Finagestion, une ancienne filiale de Bouygues dédiée à l’électricité et à l’eau.

Nul doute que l’État, pour lequel il s’agit d’un actif hautement stratégique, jouera un rôle clé dans le choix du futur repreneur.

L’intégralité de l’article est à lire dans Jeune Afrique n°2733 du 26 mai au 1er juin.