Économie

Tunis sur le point de récupérer 60 millions de francs suisses

Par
Mis à jour le 27 mai 2013 à 09:13

La Banque centrale tunisienne a annoncé, vendredi 24 mai, que 60 millions de francs suisses de l’ancien président Ben Ali allaient « bientôt » être remis à la Tunisie.

C’est un pas de plus dans la restitution des fonds détournés par l’ancienne famille dirigeante. Chedly Ayari, gouverneur de la Banque centrale tunisienne (BCT), a annoncé vendredi 24 mai que la Suisse allait « bientôt » remettre à la Tunisie 60 millions de francs suisses (48 millions d’euros) qui appartenaient au clan de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali. Cette déclaration de Chedly Ayari relayée par l’AFP, a été faite en marge de la présentation d’un yacht ayant appartenu à Belhassen Trabelsi, le beau-frère de Ben Ali, restitué en avril par l’Espagne. D’après Moncef Marzouki, actuel président tunisien, la famille Ben Ali-Trabelsi ainsi que d’autres dignitaires du régime déchu avaient détourné, en 23 ans de règne, entre 15 et 50 milliards de dollars.

Une procédure longue et difficile

Lire aussi :

Tunisie : SNC-Lavalin aurait versé 6 millions de dollars à un gendre de Ben Ali
Vente des biens des Ben Ali : moins de 500 000 euros dans les caisses
Tunisie : Kamel Nabli définitivement révoqué

C’est en plein Printemps arabe début 2011 que Berne avait bloqué, à titre conservatoire, les fonds déposés par le président tunisien déchu, environ 60 millions de francs suisses, et par le dirigeant égyptien Hosni Moubarak (700 millions de dollars). Un projet de loi est à l’étude pour faciliter la restitution des avoirs volés.

« Nos prochaines destinations (pour la restitution des avoirs du clan Ben Ali) sont le Liban et la Suisse », a déclaré le gouverneur de la BCT. Il n’a néanmoins pas précisé le montant des sommes dont il était question au Liban. En avril, Tunis a déjà obtenu près de 28 millions de dollars provenant de comptes libanais proches de Ben Ali.

La Tunisie peine à obtenir la restitution des avoirs de la famille Ben Ali à l’étranger. En 2012, la lenteur dans le rapatriement des avoirs étrangers de l’ancien président avait coûté sa place à Mustapha Kamel Nabli, ancien gouverneur de la BCT arrivé à ce poste au lendemain de la chute de Ben Ali début 2011.