Économie

400 millions de dollars pour soutenir les PME en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

La SFI, filiale de la Banque mondiale, lance avec la BEI, l’AFD et la Commission européenne, un fonds d’investissement d’une valeur de 400 millions de dollars pour soutenir les PME au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Par
Mis à jour le 27 mai 2013 à 16:23

La Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, a lancé en partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI), l’Agence française de développement (AFD) et la Commission européenne, une facilité d’investissement pour les PME du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord d’environ 400 millions de dollars. La SFI va fournir 150 millions de dollars, de même que la BEI. L’AFD va participer à hauteur de 50 millions de dollars et la Commission européenne à hauteur de 24 millions, à travers le Neighborhood Investment Facility (NIF).

Une stratégie de long terme

L’objectif de ce véhicule d’investissement consiste à élargir l’accès au financement pour les PME, grâce à des accords de partage des risques avec des banques locales pour un montant équivalent (entre 350 et 400 millions de dollars). Ce mécanisme de garantie et de partage des risques a notamment pour objectif de sécuriser le secteur bancaire au Maroc, en Tunisie, en Égypte, au Liban et en Jordanie principalement. À terme, il a pour vocation d’encourager les banques de ces pays à soutenir les PME via des prêts.

Lire aussi :

Maroc : 200 millions d’euros pour les PME
Sécurité aérienne : la BEI prête 40 millions d’euros

Cette initiative part d’un constat sans appel : les PME constituent 80% du tissu économique et 40% des emplois dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nord. « La croissance économique, qui s’appuie sur le développement du secteur privé, reste la pierre angulaire de toute création d’emplois dans la région », a ainsi déclaré Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI.

Encourager des prêts adaptés

Les PME au Moyen-Orient et en Afrique du Nord souffrent d’un cadre juridique très rigide. Tout un volet de cette facilité d’investissement, axée sur les PME, comprend une assistance technique pour aider ces pays à améliorer l’environnement réglementaire qui s’applique aux PME.

Elle permettra aux banques locales de mieux comprendre l’intérêt qu’elles ont à financer les PME ainsi qu’à développer de nouveaux produits destinés aux entrepreneurs comme des prêts à faible niveau de garantie.