Culture

Art et business

Mis à jour le 5 septembre 2010 à 12:42

À côté des projets mégalomaniaques du gouvernement d’Abou Dhabi, toute une série d’initiatives de taille plus modeste témoignent de la vitalité de la scène artistique locale. La Biennale de Sharjah, qui en est à sa neuvième édition, constitue la plus ancienne manifestation culturelle organisée dans la fédération. Dirigée par le Palestinien Jack Persekian, elle offre un espace et une visibilité aux artistes de la région. Les foires Art Dubai et Art Abou Dhabi, qui réunissent des galeries locales et internationales, ont permis au marché local de se développer. C’est à Dubaï, devenue une plateforme de l’art contemporain, qu’il est le plus dynamique. La ville de tous les superlatifs sert de point de rencontre entre créateurs et acheteurs de la région, mais aussi du sous-continent indien et d’Iran. Dubaï est un peu à l’Iran ce que la colonie britannique de Hong Kong était à la République populaire de Chine avant la rétrocession de 1997 : une oasis de liberté et de permissivité.