Politique

Le cirque romain de Kadhafi

En visite dans la capitale italienne, le « Guide » réclame à l’UE 5 milliards d’euros par an pour continuer à la protéger de l’émigration clandestine subsaharienne.

Par
Mis à jour le 13 septembre 2010 à 16:25

Silvio Berlusconi et son entourage paraissaient épuisés en saluant Mouammar Kadhafi à l’issue de sa visite de quarante-huit heures à Rome, du 29 au 31 août, à l’occasion du deuxième anniversaire de la signature d’un traité d’amitié entre les deux pays. Ce que le Cavaliere a qualifié de « folklore » a en effet rapidement dégénéré en un « cirque romain », où, comme le dit un journal italien, le « Guide » de la Jamahiriya s’est comporté comme s’il était à Disneyland.

Passe encore qu’il vienne avec sa tente berbère, ses Amazones, ses cavaliers bédouins, ou encore qu’il tienne un discours sur l’islam devant quelque deux cents jeunes Italiennes recrutées pour l’occasion par une agence locale de mannequins contre une rémunération allant de 70 à 80 euros chacune. Ou encore qu’il appelle l’Europe « à se convertir à l’islam ». Tout cela est du déjà-vu. Mais, ce qui est nouveau, cette fois, c’est que Kadhafi a réclamé de l’Union européenne (UE) qu’elle lui verse au moins 5 milliards d’euros par an afin qu’il puisse continuer à contenir la vague d’émigration clandestine en provenance d’Afrique subsaharienne et dont la Libye et l’Italie sont les principales têtes de pont. Depuis 2008, malgré les protestations des organisations humanitaires, celui qui s’est autoproclamé « roi des rois traditionnels d’Afrique » recueille les milliers de clandestins subsahariens refoulés par la marine italienne au mépris de la législation régissant le droit d’asile. À charge pour Tripoli de les expulser ensuite manu militari vers leurs pays d’origine.

Mais ce rôle de « gendarme de l’Europe » coûterait cher à la Libye. Selon Kadhafi, cela nécessiterait les moyens « d’une armée qui combat pour défendre l’Europe et la protéger. Sans aide, la Libye ne peut pas être la gardienne de l’Europe ». Le « Guide » s’est même permis de lancer devant le président du Conseil italien : « Qu’arriverait-il si des millions de Noirs affamés, pauvres et sans instruction s’installaient en Europe ? Le Vieux Continent demeurerait-il un ensemble développé, civilisé et uni, ou serait-il détruit, comme cela est arrivé lorsque les tribus barbares germaniques venues du nord ont déferlé sur l’empire romain et marché sur Rome ? J’imagine qu’un tel scénario est possible. » « Chantage ! » s’est insurgé le quotidien italien Corriere della Sera.

L’UE estime pour le moment que le montant réclamé par Kadhafi est « exagéré ». Mais l’affaire est prise au sérieux et devrait figurer à l’ordre du jour des prochaines rencontres entre l’UE et la Libye, en particulier le sommet euro-africain prévu en novembre en Libye… sous la présidence de Mouammar Kadhafi.