Justice
L’épave de l’appareil du président Juvénal Habyarimana, tué dans un attentat le 6 avril 1994. © Bouju/AP/Sipa

Cet article est issu du dossier

Attentat du 6 avril 1994 : retour sur l’enquête de la discorde entre la France et le Rwanda

Voir tout le sommaire
Politique

Le destin de Rose Kabuye

Le limogeage Rose Kabuye du poste de directrice du protocole de la présidence rwandaise a suscité son lot de rumeurs fantaisistes.

Mis à jour le 9 mars 2022 à 12:06

Rose Kabuye, ancienne chef du protocole de la présidence rwandaise. © AFP

C’est pour « incompétence » et « fautes professionnelles » commises dans l’exercice de ses fonctions que Rose Kabuye (49 ans), la directrice du protocole de la présidence rwandaise, a été officiellement limogée à la mi-septembre, après plusieurs semaines de mise à l’écart. De novembre 2008 à avril 2009, l’intéressée avait été assignée à résidence par la justice française dans le cadre d’une enquête sur l’assassinat de Juvénal Habyarimana, avant d’être remise en liberté, faute de preuves. Cette mésaventure lui avait valu dans son pays un statut de star, qui, dit-on à Kigali, lui avait quelque peu « tourné la tête ».

Depuis plusieurs mois, le président Paul Kagamé ne cachait pas son agacement devant les bourdes à répétition de sa collaboratrice. Ce limogeage, qui n’a rien à voir avec la sécurité du chef de l’État (domaine auquel la directrice du protocole était totalement étrangère), a suscité quelques explications fantaisistes. Selon ces rumeurs, Kabuye aurait exigé de Kagamé un poste de ministre, voire une ouverture du régime en direction de l’opposition ! Ceux qui la connaissent – et qui connaissent le mode de fonctionnement du pouvoir en place à Kigali – en sourient encore…