Politique

Affaire ICC Services : « sérénité » au Palais

Les « révélations » du ministre limogé Armand Zinzindohoué sur l’affaire ICC Services ne semblent pas inquiéter le président Boni Yayi.

Par
Mis à jour le 17 septembre 2010 à 18:45

Le président béninois Boni Yayi. © Luc Gnago/Reuters

Après les révélations d’Armand Zinzindohoué, l’ancien ministre de l’Intérieur, dans l’affaire ICC Services, l’entourage du chef de l’État béninois se déclare « totalement serein ». Dans un document passablement confus et elliptique par endroits – rendu public le 8 septembre, l’ex-ministre, limogé en juillet pour son implication dans ce scandale financier, affirme avoir rencontré ces « Madoff béninois » au domicile de Boni Yayi. Il évoque également une rencontre, en octobre 2009, entre le chef de l’État et Guy Akplogan, PDG d’ICC Services, à l’occasion de la cérémonie de deuil organisée pour un pasteur évangélique, le révérend Agbossi. Jusqu’à présent, les autorités ne reconnaissent qu’une seule audience publique au Palais, en janvier 2010. « Il n’y a rien dans ce mémorandum. Depuis quand devrait-on poursuivre un président qui va se recueillir devant la dépouille d’un chef religieux ? » commente un proche du chef de l’État.