Société

Courbis à la tête des Fennecs ?

Par
Mis à jour le 12 septembre 2010 à 13:47

La démission surprise de Rabah Saadane de son poste de sélectionneur de l’équipe nationale de football, le 4 septembre, a provoqué une onde de choc dans les milieux du ballon rond algérien. Adulé hier pour avoir qualifié les Fennecs, en novembre 2009, au Mondial sud-africain après une absence de vingt-quatre ans, il a été voué aux gémonies après une contre-performance face aux modestes Tanzaniens (1-1, le 3 septembre, à Blida).

Pression médiatique insupportable ? Lâchage de son employeur, la Fédération algérienne de football (FAF) ? Le motif de sa décision demeure mystérieux, mais les esprits sont déjà tournés vers l’identité de son successeur. À peine sa démission annoncée, le bal des prétendants a débuté. Premier à faire acte de candidature : Philippe Troussier, un habitué des sélections africaines, mercenaire ès coaching. D’autres noms ont été suggérés à la FAF par une ribambelle d’agents, dont celui de Rolland Courbis, ancien entraîneur de l’Olympique de Marseille (OM). Courbis à la tête de la Khadra ? « J’ai bien été contacté par une personne prétendant agir au nom de la FAF, mais il n’y a rien d’officiel », affirme l’intéressé, qui ne cache pas sa fierté de figurer dans la short list de Mohamed Raouraoua, président de la FAF. Si cela se concrétise, la prochaine confrontation entre les sélections marocaine et algérienne, prévue en novembre, aura, outre son caractère de derby du Maghreb, de forts relents phocéens, les Lions de l’Atlas ayant pour coach le Belge Erik Gerets, également ancien entraîneur de l’OM, le club de Ligue 1 le plus populaire en Algérie.