Politique

Ventes d’armes en coulisses

Washington s’apprête à « offrir » vingt nouveaux avions de chasse dernier cri à Israël, et tente, dans le même temps, de dissuader les Russes de vendre des armes dans la région.

Mis à jour le 22 septembre 2010 à 13:00

Tandis qu’ils animent les nouvelles négociations entre Palestiniens et Israéliens, les États-Unis s’apprêtent à régler la facture – 2,75 milliards de dollars – de l’achat par Israël de vingt nouveaux chasseurs-bombardiers F-35. La livraison est prévue pour 2015. Aucun autre pays du Moyen-Orient ne dispose de cet appareil ultraperfectionné. Dans le même temps, Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense, a, le 15 septembre, tenté de dissuader Anatoly Serdyukov, son alter ego russe, de vendre des armes dans cette région instable. Mais Sergei Prikhodko, le conseiller de la présidence russe, a assuré que le contrat de vente de missiles de croisière P-800 Yakhont à la Syrie serait honoré, en dépit des protestations israéliennes.