Justice

Grands procès en vue ?

Créée en 2003 au Gabon pour (notamment) lutter contre le détournement des deniers publics, la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) envisage de renvoyer, avant la fin de l’année, au moins cinq affaires dont l’instruction est achevée devant la Cour criminelle spéciale (CCS), compétente pour juger les fonctionnaires indélicats. Des procès retentissants pourraient s’ensuivre, puisque de hautes personnalités de la République se trouveraient impliquées dans chacune des affaires concernées.

Ces derniers mois, la commission a écrit à plusieurs anciens ministres, membres notamment de l’Union nationale (opposition), pour exiger une déclaration de patrimoine. Des enquêtes sont en cours dans une cinquantaine de dossiers litigieux. Mais pour véritablement marquer la fin de l’impunité, il faudrait que la CCS, qui ne s’est pas réunie depuis le début de l’année, joue le jeu et programme des audiences.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte