Politique

La « famille révolutionnaire » en émoi

Par
Mis à jour le 27 septembre 2010 à 16:50

Le refus du gouvernement algérien d’inscrire à l’ordre du jour de la session parlementaire le projet de loi sur la criminalisation de la colonisation provoque un malaise au sein la « famille révolutionnaire » (la fraction la plus conservatrice du courant nationaliste au pouvoir), qui déplore les manœuvres dilatoires du Premier ministre Ahmed Ouyahia mais n’ose pas s’opposer frontalement au président Abdelaziz Bouteflika. Nationaliste mais opposant notoire, Moussa Touati, patron du Front national algérien (FNA), la quatrième force politique du Parlement, exige quant à lui la tenue d’un référendum populaire sur la question. S’il a peu de chances d’obtenir gain de cause, sa revendication ne manquera pas de provoquer des remous au sein des deux grandes formations nationalistes, le FLN d’Abdelaziz Belkhadem et le RND d’Ahmed Ouyahia.