Archives

Richard Branson au chevet de Robert Mugabe

| Par Jeune Afrique
Le magnat britannique Richard Branson veut redresser l'économie du Zimbabwe.

Le magnat britannique Richard Branson veut redresser l'économie du Zimbabwe. © Reuters

Après avoir traversé la Manche sur une planche tirée par un cerf-volant, sir Richard Branson s’est fixé un nouveau défi : redresser l’économie chancelante du Zimbabwe. Rien de moins.

Pour mener à bien son projet, le milliardaire anglais, président du groupe Virgin (finances, télécoms, tourisme spatial), a uni ses forces à celles des fondations Nduna et Humanity United – déjà présentes dans la lutte contre la pauvreté dans ce pays d’Afrique australe. Ensemble, raconte le New York Times, ils ont créé Enterprise Zimbabwe, une association qui servira à orienter les investisseurs vers les secteurs porteurs.

Profitant de la réunion annuelle du Clinton Global Initiative (21-23 septembre), groupe créé par l’ex-président américain Bill Clinton, Richard Branson a lancé un appel vibrant au parterre de célébrités, d’hommes d’affaires, de chefs d’État et de philanthropes réunis à New York : « La situation politique au Zimbabwe n’est pas parfaite, mais elle s’améliore », a-t-il déclaré, tout en rappelant que c’est le peuple qui souffre de la mise à l’écart du pays.

L’entreprise est de taille. Le pays s’enlise dans la crise depuis l’accélération de la réforme agraire, au début des années 2000, et la redistribution des terres par le régime Mugabe. Le taux de chômage officiel flirte avec les 90 % ; 85 % de la population vit avec moins de 1 dollar par jour. Et l’autoritarisme du président Robert Mugabe, peu enclin au dialogue avec l’opposition et les pays occidentaux, n’arrange rien.

Pas sûr pourtant que les Zimbabwéens partagent l’enthousiasme de Branson, qui est l’un des initiateurs du groupe des Elders. Dans un éditorial au vitriol, Tendai Midzi, journaliste et fils d’un membre influent de la Zanu-PF (le parti au pouvoir), a mis en garde : « Le Zimbabwe ne tolérera pas les vautours déguisés en anges. » Voilà qui devrait rassurer les potentiels investisseurs.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte