Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : où (en) sont les femmes ?»

Voir tout le sommaire
Banque

Essma Ben Hamida, une référence dans la microfinance

Essma Ben Hamida a créé en 1990 l'ONG Enda inter-arabe.

Essma Ben Hamida a créé en 1990 l'ONG Enda inter-arabe. © D.R.

Pour les microentrepreneuses tunisiennes, Essma Ben Hamida reste un capital précieux et une référence incontournable.

Rien ne destinait cette Akoudienne, journaliste de formation, à une carrière dans la microfinance. En Tunisie et lorsqu’elle était en poste à New York et à Rome, au contact d’institutions des Nations unies, elle se sensibilise à la problématique des femmes en tant que piliers du développement. Avec son conjoint, Michael Cracknell, elle décide d’adapter en Tunisie le concept du Bangladais Muhammad Yunus, le fondateur de la Grameen Bank.

En 1990, elle crée Enda inter-arabe (Enda-ia), une ONG dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration des revenus et de la qualité de vie d’une population n’ayant pas accès au capital. Principale cible : les femmes, qui représentent 73 % de ses clients microentrepreneurs. Enda-ia dispose désormais de 60 agences couvrant les différentes régions du pays et a octroyé 686 905 prêts pour un montant total, en vingt ans, de 397 millions de dinars (plus de 206 millions d’euros).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte